Forum Philanthrope
Bonjour ! Vous n'êtes pas connecté, vous ne pouvez pas répondre aux forum, envoyer des messages personnels ou encore lire les histoires des philanthropes...Inscrivez-vous ou connectez-vous pour profitez de tout cela !


Un empire. Un Monde. Une conviction.
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionPage facebook
Envie de voir les dernières actualités du forum? Allez donc au mur des Actualités, vous verrez les dernières news concernant ce forum ! Le mur des actualités est mis à jour ! Venez découvrir les dernières nouveautés en cliquant sur le lien ci-dessous !

Retourner au Centre du PND
Vous n'avez pas encore terminé votre PND? retournez donc au centre d'accueil pour le terminer au plus vite !
Retour au Centre

Partagez | 
       
 

 El Presidente : épisode 1, Vanuus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
omega
Administrator de la mort qui tue
Administrator de la mort qui tue
avatar

Messages : 569
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 22

Votre personnage
Nom du Héros: Oméga [Philanthrope]
Profil du Personnage Principal:
Armes et Techniques:

                                 
MessageSujet: El Presidente : épisode 1, Vanuus.  Jeu 27 Fév - 22:50

Il s'avère que la silhouette parcouru des milliers de kilomètres avant de rejoindre les côtes... Au bord de la falaise, Presidente observe en contrebas les vagues de la mer d'Eryth se fracasser contre les roches. Il s'était assit sur le rebord, insouciant de la cinquantaine de mètres de vide sous ses pieds. Il fuma son cigare, puis jette le bout d'un geste habile. Soupirant, il se relève et parcoure une dizaine de mètres avant de froncer les sourcils. Il distingue des coups de feu. Il récupère son arme, s'approche d'un rocher et, accroupit, de loin la scène par sa lunette. Il soupire. Des barbares, encore. Et là-bas, ce doit être son objectif. Vanuus. Il s'allonge, plonge cinq balles dans son chargeur et insère le tout dans son fusil avant d'apprécier ce moment. Ce moment où l'ennemi, insouciant de devenir une victime, prend lui-même un plaisir malsain à tuer des villageois. Presidente adorait ces moments où l'ennemi se croyait le plus fort et, d'un coup bref et puissant, renverse la situation au dernier moment... Il fit son rituel habituel, conscient du danger qu'encourent les villageois face aux groupes de barbares armés jusqu'aux dents, et sortit de sa poche intérieur la figurine du shérif. Il lance la discussion habituelle, mais cette fois-ci celle-ci s'écourte : il aperçoit sa cible.
-Ton but, shérif, c'est de protéger et de servir, pas vrai? Tu vas être servit du coup...
Il appuie sur la détente. Une balle, trois morts. Au bout de la cinquième, il abat huit barbares. Le reste a fuit, conscient de leur lourde perte. Presidente s'approche du village, l'arme sur son épaule, quand une voix survient à l'entrée du bourg :
-Hé ! N'approchez pas !
-Vous n'allez pas tirer sur un ami quand même, si?
-Je... C'est vous qui avez abattu ces ordures? Génial ! Où sont les renforts? Ils arrivent?
Une foule de villageois s'attroupe autour de notre homme, qui lance alors, sans vraiment une pointe de compassion :
-Vous habitez dans un trou perdu, vous croyez vraiment qu'il y aurait des renforts?
Il y a un moment de silence, lorsqu'il reprend de plus belle :
-Il n'y a pas de renforts et il n'y en aura jamais. Je ne suis pas là pour ça de toute façon.
-Vous êtes là pour quoi alors? On n'a rien à vous donner, pas d'or ni de richesse !
-C'est comme ça que vous traitez les voyageurs ici? Je ne suis là ni pour l'or, ni pour quoi que ce soit d'autre. Je suis là pour lui.
Presidente pointe du doigt un jeune adolescent, épée en main. Le vieil homme avec qui notre héros discute depuis le début lance alors:
-Aoki? Qu'est ce que tu as fait encore !
-Je... Rien, je le jure ! lance l'intéressé.
-Mon... Client s'était inquiété et m'a payé pour voir si tu étais encore en vie. Au dernières nouvelles oui.
-Ton...Client? Questionne Aoki.
-Oui.
-Qui êtes-vous?
-Tel est la question... Soupire notre homme.
-Attendez... Lance le vieil homme, reprenant alors : vous étiez seul, et vous avez abattu ces barbares de si loin... J'ai entendu maintes histoires sur votre compte... Presidente.
Notre homme se tourne alors vers Aoki, et, d'un sourire crispé, lance :
-On me nomme souvent comme ça.
-Présidente? Questionne Aoki.
Un certain remous nait dans la foule, suivit d'une liesse énorme : tous viennent voir de plus près Presidente et leur démontrer toute l'affection. C'est évidemment sans compter les femmes totalement folles de cet homme si mystérieux qui n'hésiteraient pas à s'arracher vestons et vêtements pour sauter sur cet homme. Aoki, lui, regarde de loin, dépassé par les derniers évènements.

La nuit ne tarde pas à tomber en ces lieux. Bientôt, les habitants rentreront chez eux, et les crépitements des flammes ne feront que s'amplifier au fur et à mesure que les torches du village s'embraseront grâce au veilleur. Située un peu en reclus par-rapport au village, une grange éclairée, et des bruits d'eau coulant... Une grande bassine en bois, de la mousse nappant l'eau limpide et chaude où quelques vapeurs semblent caresser le corps de Presidente... Il sait bien que quelques intéressée s'étaient cachées derrière un buisson pour regarder l'homme, mais cela ne l'empêche pas de se déshabiller et, totalement nu, plonge dans la bassine. Il soupire en sentant l'eau chaude parcourir les milles traits de son corps, et aperçoit, au loin, une jeune femme s'évanouir en ayant vu le corps de notre homme à l'état brut... Il esquisse un sourire en coin, quant il entend alors la voix d'un jeune homme lançant :
-Heu... Puis-je entrer?
-Bien sûr, lance Presidente.
Le jeune adolescent entre dans la grange, fronce les sourcils en cherchant l'homme et détourne du regard, gêné, en le voyant au bain.
-Non c'est bon, reste. Dis-moi c'est quoi le problème.
-Hé bien... je voulais savoir...
-Le client?
-Heu... Oui.
-Ton frère. Il n'avait plus de nouvelles depuis huit mois. Il comptait les jours, et lorsque j'étais à Radröjk je l'ai croisé. Il m'a conté mille périls dont il a vécu.
-Alors il a réussi ! Vous n'imaginez pas tout le sacrifice que nous avions du subir pour qu'il puisse partir... Loin de la crise et de l'enfermement de ce village...
-Crois-moi, ce n'est pas parce que Radröjk est une cité-minière que la vie est florissante, loin de là.
Aoki arrête de sourire et lance alors :
-Il lui est arrivé quelque chose?
-Non. Mais il se démène et multiplie les boulots pour payer ton voyage. Le jour où il n'avait plus de tes nouvelles l'a chamboulé et il a cru au pire. Et lorsque je suis arrivé et que j'ai vu ces barbares attaquer Vanuus, ton village, je craignais aussi pour ta vie.
-Ce n'est pas de ma faute...
-Comment ça?
-Tu as bien vu... Ces dernières années les barbares multiplient leurs attaques contre nous... Ils ont rasé le centre de réseau Epistol. Du coup...
-Je comprends. Impossible de communiquer avec l'extérieur.
Epistol est une guilde de voyageurs qui transportent des lettres et autres documents de part et d'autres de l'Altana. Détruire un centre de réseau Epistol reviendrait à couper l'approvisionnement en lettres de toute une région.

"Dans ce cas-là, huit villages sont touchés... Que sont-ils advenus?"

-Êtes-vous parvenu à entrer en contact avec les villages environnants?
-Tu es fou? Vu comment on est armé, ils ne feront qu'une bouchée de nous si on sort de notre village. Ces murs nous protègent.
-Et ce village sera votre tombeau si vous restez là. Il faut faire quelque chose, et maintenant.
-En plus... Tu as fait fuir des barbares.
-Ils vont revenir à la charge, c'est certain. Il faut qu'on se prépare, la nuit risque d'être longue.
Revenir en haut Aller en bas
http://philanthrope.forumgratuit.org
omega
Administrator de la mort qui tue
Administrator de la mort qui tue
avatar

Messages : 569
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 22

Votre personnage
Nom du Héros: Oméga [Philanthrope]
Profil du Personnage Principal:
Armes et Techniques:

                                 
MessageSujet: Re: El Presidente : épisode 1, Vanuus.  Ven 28 Fév - 11:03

Assit contre le pan d'un mur délabré, ancien vestige d'une petite muraille qui entourait le village, le visage rougit par la lueur de son cigare, Presidente observe au loin l'immense horizon s'étaler, son arme calé crosse contre le sol et posé sur son épaule. Il sentait le vent frais caresser son visage, il huma l'air marin avant d'esquisser un sourire. à l'intérieur du village, c'est la panique totale, les habitants préparent des barricades avec ce qu'ils trouvent. Presidente ferme ses yeux, pour se reposer... Mais il ne dure guère longtemps. Il sent le danger et, d'un mouvement, ouvre ses yeux et se lève, arme en main. Il aperçoit un certain remous là-bas... Un... Deux... Une dizaine de gros véhicules blindés s'approchent à vive allure et s'arrêtent à une centaine de mètres du village. En sortent une centaine de barbares, armés jusqu'aux dents.
"Ils sont assez nombreux et ont assez d'armes pour réduire le village en cendre..."
Une voix tonitruante survient alors des profondeurs de la nuit.
-PRESIDENTE ! Je sais que tu es là, sors de ton trou !
Aoki s'approche de l'intéressé, qui fait un signe de main.
-N'y va pas, Presidente, ce serait du suicide...
-On va juste discuter... Ne t'inquiète pas. Toi par-contre, prépare les armes. Si tu vois une embrouilles, tirez dans le tas, je m'en sortirai.
-Je... D'accord. Bonne chance.
Presidente fait un clin d’œil et s'éloigne du village, son arme sur son épaule. Il s'approche des silhouettes et aperçoit une immense personne, une montagne.
-Je suppose que c'est toi qui dirige le coin?
-Exact. Qu'est ce que tu fous, Présidente? Si on m'avait dit qu'un jour le tireur d'élite viendrait dans mes terres...
-Tes terres? Tu les as volé, ce n'est pas la même chose.
-BOUHAhAaHAHHAAHHAHAHA ! Je ne les ai pas volé, juste... Récupéré.
-Récupéré?
-Il y a déjà de bonnes centaines d'années, les barbares dirigeaient l'Altana. Nous sommes là pour reprendre nos droits.
-Vous profitez de la chute d'Ephedaire pour pour accaparer toutes les terres. Ce n'est pas comme ça que marche le monde.
-Va-t-en, Presidente. Tu n'as rien à faire ici. à moins si c'est un contrat contre moi?
-Non. J'ai honoré ma part de marché.
-Raison de plus pour que tu partes, alors. Je te laisse une chance, ce n'est pas tous les jours que j'en laisse une, tu peux aller voir mes hommes tu verras ce que je veux dire.

Les autre hochent la tête. Presidente n'en a rien à faire.

-écoute. J'ai honoré ma part de marché, mais il y a un autre marché que l'on m'a fait.
-Lequel?
-Je dois protéger Vanuus et vous faire dégager du secteur. Par tous les moyens nécessaires.
-BOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA ! Tu penses vraiment pouvoir nous vaincre? Ceci n'est qu'un échantillon de notre armée qui nous attend dans le QG... Et le pire... C'est que demain dès l'aube, une nouvelle armée viendra se joindre à nous.
-Une nouvelle armée? La rumeur disait vraie... Vous allez vers le Nord attaquer Minéapol.
-D'abord on rasera tous les villages de cette région. Cinq villages sont détruits, et les autres ne vont pas tarder à tomber, y comprit Vanuus. Pour la dernière fois, Presidente...
-Et pour la dernière fois, cassez-vous. Ou je vous massacrerez tous.
-BUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA ! J'aime les défis. Allez les gars, on se barre. Presidente, voilà ton défi. Tu as huit heures à partir de maintenant pour nous trouver et nous vaincre. dans huit heures, nos renforts arrivent, et à partir de là j'ordonnerai l'envoie de toutes nos forces disponibles sur Vanuus, et on brisera, pierres par pierres, os par os, chaque villageois et chaque maisons.
L'homme entre dans le véhicule et lance, tandis que celui-ci s'éloigne :
-Tu as huit heures, n'oublies pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://philanthrope.forumgratuit.org
 

El Presidente : épisode 1, Vanuus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Commentaires épisode 5 du 17/10/2014
» Hunter x Hunter - Épisode 147 Vostfr
» Hunter x Hunter - Épisode 143 Vostfr
» SGU Aliens [SPOILERS]
» Diffusion sur M6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Philanthrope :: Histoires et contes de l'Altana :: Le Narrateur-